Anthony Marchand : « La course qu’il me fallait avant la Solitaire »

© Alexis Courcoux

Deuxième à l’issue des trois premières manches disputées en baie des Sables d’Olonne, lundi et mardi, Anthony Marchand savait que la grande course allait, potentiellement, chambouler l’ordre établi.

Et pour cause : situation météorologique instable, forts courants, zones de transitions à la pelle, étape à coefficient 3… tout était réuni pour provoquer des surprises et des retournements de situation. Ainsi, Nicolas Lunven, 8e à l’aube de la dernière manche, s’est-il vu propulsé en tête du général après sa victoire ce samedi, ou Pierre Quiroga, ancien leader, rétrogradé en 4e position. En ce qui le concerne, le skipper d’Ovimpex – Secours Populaire, qui s’est octroyé la 8e place, aujourd’hui, termine 5e de cette 7e édition de la Solo Maître Coq. Une performance qui confirme qu’il est indiscutablement l’un des gros bras de la série, et qui booste son capital confiance à un mois du coup d’envoi de la fameuse Solitaire Urgo – Le Figaro.

« Ça a été dur pour les nerfs », a avoué Anthony Marchand à son arrivée à terre, manifestement bien entamé après cette grande course de 260 milles entre l’île de Ré, Belle-Ile et Port-Bourgenay, aussi difficile tactiquement qu’épuisante pour les organismes des marins. « Il y a eu du jeu du début à la fin. En ce qui me concerne, je n’ai pas très bien démarré. Peu après le départ, les conditions sont devenues très instables et je suis resté englué dans une petite zone de molle. C’est pour cette raison que je suis passé parmi les derniers sous le pont de l’île de Ré. Heureusement, ensuite, j’ai réussi à remonter des places au fur et à mesure grâce, notamment, à un bon louvoyage le long de l’île de Ré dans le vent fort. A ce moment-là, j’avançais vraiment vite. J’étais dans une bonne phase et cela m’a permis de récupérer le bon rythme », a souligné le skipper d’Ovimpex -Secours Populaire qui a, dans la foulée, bien négocié les différentes phases de transitions qui ont égrainé la course.

Montée en puissance

« Elles ont régulièrement créé des chamboulements au sein de la flotte. Sur le retour entre les Birvideaux et les Sables d’Olonne, il y a notamment eu une grosse cassure au niveau du vent. Nous nous sommes retrouvés dans une zone de molle. Si elle n’a pas permis aux retardataires de revenir, elle a, en revanche, créé de gros écarts », a noté Anthony qui a su conserver sa place dans le groupe de tête pour finalement passer la ligne d’arrivée en 8e position. « Je suis assez content. J’ai aussi bien tourné sur les petits parcours construits. Au final, je termine cette Solo Maître Coq par une 5e place. C’est bien. J’avais besoin de me sentir dans le match et cela a été le cas. Je réalise la course qu’il fallait à un mois de la Solitaire du Figaro », a conclu Anthony Marchand qui n’a de cesse de monter en puissance depuis le début de la saison et qui espère bien rester dans cette dynamique de Bordeaux jusqu’à Dieppe, en juin prochain.

ultricies ut risus libero. luctus elit. Nullam elementum tristique Donec in