Arkema 3, le prototype mini 6.50 entre en scène.

Copyright : Vincent Olivaud / Team Arkema Lalou Multi

Le prototype Mini 6.50 Arkema 3 va pouvoir entrer en compétition, après plusieurs phases de tests. Il fera sans doute l’actu de la classe mini sur 2017.

Les innovations techniques de ce mini, né en 2016 de la collaboration entre le groupe de chimie Arkema et l’équipe sportive de course au large Lalou Multi, sont validées. Le jeune skipper Quentin Vlamynck aura la responsabilité de faire voler ce monocoque avec comme objectif La Mini Transat 2017 pour le Team Arkema Lalou Multi. Encore un voilier qui va faire du bruit après le prototype présenté pas seaAir

Retour sur ce prototype hors du commun

Arkema 3 est un nouveau concept de mini 650, construit avec de l’Elium®, une nouvelle résine thermoplastique liquide permettant de fabriquer des pièces composites recyclables. Issu de la R&D d’Arkema, ce matériau présente des propriétés mécaniques similaires voire supérieures aux résines époxy. Il a été développé et mis en œuvre en partenariat avec le Team Lalou pour la construction du Mini6.50.
Ce monocoque brille également par ses nombreuses innovations techniques et architecturales : étrave arrondie, foils orientables, quille pendulaire, mât aile, étai pivotant et bout-dehors rétractable…

A lire en complément :
Horta dans le rétroviseur

La préparation de la saison 2017

Le bateau est actuellement en chantier, Quentin est revenu au Verdon-sur-Mer à la mi-janvier pour relancer le chantier d’optimisation de son monocoque : « Il ne s’agit pas d’un chantier majeur car il n’y a aucun problème structurel ou de résine, et tous les appendices ont été validés. Nous sommes davantage sur un chantier de fiabilisation et d’amélioration. Par exemple, nous changeons les chandeliers et modifions le système de bascule des foils » explique le skipper. « Les nouvelles pièces arrivent et le bateau commence à être remonté. L’objectif est de le mettre à l’eau début mars pour rapidement reprendre les entraînements. »

Membre du Pôle France de La Rochelle, le jeune skipper bénéficie d’un entraînement complet aux côtés d’une vingtaine d’autres skippers, en vue des épreuves d’avant-saison mais surtout de la Mini Transat 2017. Navigation, stages théoriques et diverses formations rythmeront les semaines et week-ends de Quentin avant la première confrontation en course. « Je me suis également rendu compte que le bateau était vraiment physique. J’enchaîne les entraînements pour me renforcer musculairement. Je suis dans une phase ‘cardio’, avec de la course à pieds, du vélo et du fitness. Il faudra également que je sois équipé de protections pour amortir les chocs… Et pourtant, je n’ai encore jamais régaté en mode course à bord ! » poursuit Quentin.

Lire également :
Trophée Jules Verne : IDEC SPORT en code Orange

La compétition

Dès avril, c’est sur la Lorient BSM, en double avec Lalou Roucayrol, que Quentin et Arkema 3 débuteront cette saison 2017. Avec une quinzaine de prototypes prévus au départ de ce parcours de 150 milles nautiques entre les Glénan et l’île de Groix, cette première confrontation en course devrait être particulièrement riche d’enseignements. « Mon objectif n’est pas de gagner à tout prix, d’autant que j’ai un bateau typé Transat, qui n’est pas polyvalent, notamment dans le petit temps. Tout dépendra des conditions météo que nous aurons. » Pour la suite des épreuves, Quentin s’élancera en solitaire et validera sa qualification à la Mini Transat en terminant la Pornichet Select 6.50, la Mini en Mai et le Trophée MAP. « L’objectif ultime est cette transatlantique en solitaire et j’ai envie de bien faire. Si on arrive au bout, le bateau va marquer l’histoire de la Mini ! Tout dépendra de la concurrence, mais je vise un podium. »

consectetur Curabitur risus fringilla Lorem ipsum