La vie de Bernard Moitessier, le vagabond des mers

Bernard Moitessier

Après s’être intéresser à la vie d’Alain Bombard, c’est maintenant au tour de Bernard Moitessier.

Pour tous les amoureux d’aventures maritimes, Bernard Moitessier est une icône. Il a fait connaitre son nom grâce aux nombreuses expéditions qu’il a réalisées en mer. Ayant participé au Golden Globe, il faut dire que de nombreux navigateurs se souviennent de lui comme ayant eu une vie des plus fascinantes. Son existence et ses récits font l’objet d’une grande attention à travers le monde.

Les origines de cette icône

Fils de colon, Bernard Moitessier vit le jour à Saïgon au Viêtnam.
Depuis son jeune âge, il s’est familiarisé avec le milieu marin, puisqu’il
passa la majeure partie de son enfance en compagnie de pêcheurs d’origine vietnamienne.

Malheureusement, le cours de sa vie bascula au cours de la Seconde Guerre mondiale lors de l’invasion du Viêtnam. Il fut incarcéré avec toute sa famille dans l’une des pires prisons vietnamiennes jusqu’à la fin de la guerre. À sa sortie de prison, il fut embauché comme matelot-interprète.

Le drame familial que vécut Bernard Moitessier pendant la
guerre réveilla en lui une profonde aversion pour les armes à feu. C’est ce qui
a forgé le militant qu’il est devenu plus tard, luttant contre l’utilisation
des armes et contre la violence. Le pacifiste endurci put asseoir et
approfondir cette philosophie grâce à de nombreux périples qui avaient pour but
de retrouver l’harmonie avec lui-même, mais également avec la nature et
l’humanité.

Les premières aventures de Bernard Moitessier

Bernard Moitessier est connu dans le monde entier pour être l’un des plus grands navigateurs que le globe ait jamais connus. On lui connaît de nombreuses aventures maritimes hors normes, même s’il commença, comme tout navigateur, par des expéditions classiques. Avec l’expérience acquise, il personnalisa ses croisières, faisant parler de lui aux quatre coins du globe.

Organisée en 1951, la première aventure maritime de Bernard
Moitessier le ramena à ses origines, à savoir Saïgon au Viêtnam, où il put
renouer avec sa terre natale. Ce voyage, le navigateur l’entreprit en compagnie
d’un de ses plus fidèles amis. Se sentant profondément connecté à la mer, Bernard
Moitessier enchaîna ensuite les expéditions sur des voiliers aussi
impressionnants les uns que les autres.

C’est par son profond besoin de sécurité et de connexion avec la mer qu’il justifia la personnalisation de ses voiliers. À mesure qu’il enchaînait les expéditions, les voiliers devenaient exceptionnels et, très vite, le nom de Bernard Moitessier fut connu comme étant celui d’un navigateur hors norme.

Ce qui le rend exceptionnel

Même si Bernard Moitessier s’est fait connaître comme un
marin d’exception, ce n’est pas ce qui fait de lui un être à part. En réalité,
c’est sa façon d’être qui fait de lui un mythe au sein du club très fermé des
navigateurs de son époque.

L’homme a toujours été guidé par le principe de la liberté, recherchant tout simplement son contentement et le bonheur d’être en mer. Une philosophie qui tranche nettement avec celle de la plupart des navigateurs pour qui l’objectif premier est la réalisation d’un exploit, d’un record. C’est pourquoi Bernard Moitessier est une source d’inspiration pour les navigateurs contemporains. Ces derniers se rapprochent de cette philosophie intimiste qui prône une communion profonde avec la mer afin d’être en accord avec elle et avec soi-même.

En dehors du navigateur qu’il était, Bernard Moitessier fut également un écrivain. Ces récits racontent majoritairement les aventures qu’il a vécues à bord de ses différents navires. En 1960 paraît son livre « Le vagabond des mers du Sud ». Il devint par là même un exemple d’homme libre qui a pour unique but dans sa vie de réaliser ses rêves.

Quelque temps après la parution de son ouvrage qui le fit connaître du monde entier, il construisit le navire qu’il considéra comme étant celui qui a couronné l’œuvre de sa vie. Il le baptisa le Joshua. Le chef d’œuvre était tel que l’homme et son navire furent les stars du Golden Globe de 1968, l’une des plus grandes expériences de navigation en mer.

joshua ketch bernard moitessier
Joshua, le célèbre ketch rouge de Bernard Moitessier

Le Golden Globe : sa première fois en solitaire

Toute sa vie, Bernard Moitessier la passa en mer, au cours d’expéditions au cours desquelles il se faisait accompagner d’autres navigateurs d’expérience. L’expédition pour laquelle son nom fut à jamais gravé dans l’histoire de la navigation fut celle qui accomplit seule en 1968, à bord de son navire préféré le Joshua.

Lors de ce qui fut appelé le Golden Gold, l’homme entreprit
un tour du monde inédit. Au départ accompagné de 9 marins séduits par l’idée de
cette aventure historique, c’est tout seul, à bord de son navire, face aux
dangers des mers et aux tempêtes que Bernard Moitessier termina son périple.

C’est donc à bord du Joshua qu’il a fait l’histoire, en se préparant et en réalisant son parcours en 300 jours.  Ce fut 10 mois en mer au cours desquels l’homme prouva encore une fois qu’il avait l’étoffe d’un navigateur hors du commun. Il dit faire face à d’énormes difficultés, dont la plus importante a été la brisure du bout de son navire après une collision avec un cargo. C’est fort de son expérience que l’homme réparât tout seul son bateau avant de poursuivre son voyage.

Alors qu’il avait la possibilité de franchir la ligne d’arrivée le premier,  Bernard Moitessier décida de poursuivre son expédition. Se détachant ainsi de la vie terrestre, il profita de son voyage, épanoui. Il prouva une fois de plus qu’il ne cherchait pas le mérite des autres, mais plutôt avait pour objectif de vivre les meilleures sensations en mer. Cette aventure fut son ultime périple en mer, puisqu’à son retour, il trépasse en 1994 des suites d’un cancer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


amet, in quis risus Phasellus porta. massa consequat. Sed ut