Le Fastnet et un prologue avant la Volvo Ocean Race

photo: Ian ROMAN/ Volvo Ocean Race

La Fastnet Race, l’une des épreuves de voile les plus redoutées, sera au programme de qualification de la Volvo Ocean Race, avant un nouveau Prologue entre Lisbonne et Alicante. Ces deux événements seront une première rencontre test pour les concurrents.

La Fastnet Race en condition

En août, les concurrents se réuniront à Cowes sur l’île de Wight en Angleterre pour « l’Étape Zéro » qui comprendra les 600 milles de la Fastnet Race.

La Rolex Fastnet Race, célèbre pour son caractère imprévisible, emmènera les équipes de Cowes jusque Land’s End puis en Mer Celtique jusqu’au fameux rocher du Fastnet qu’elles contourneront avant de revenir vers Plymouth. Pour compléter « l’Étape Zéro », la flotte des Volvo Ocean 65 devra ensuite descendre vers Lisbonne au Portugal.

A lire également :
Jean Galfione: naviguer plus et préparer 2018

Les teams auront alors à courir le Prologue de la course de Lisbonne à Alicante en Espagne où ils resteront jusqu’au départ de la Volvo Ocean Race 2017-18.

“On s’entraîne seuls pendant des mois donc c’est bien de pouvoir s’affronter aux autres avant le départ”, confie le Français Charles Caudrelier, skipper de Dongfeng Race Team en 2014-15. “C’est très différent de naviguer sous pression, et c’est bon pour tester le bateau”.“J’ai couru plusieurs Fastnet Races, avec parfois des vents forts, parfois des vents faibles. C’est un parcours sympa, très intéressant quand on longe la côte, avec les effets du courant. C’est une course très dynamique et un très bon test, avec une météo intéressante”.

A voir aussi :
Yannick Bestaven et Kito de Pavant, ensemble sur la Transat Jacques Vabre

“En deux ou trois jours, il faut prendre beaucoup de décisions, donc c’est bien de pouvoir tester non seulement notre vitesse et celle des autres, mais aussi de faire des choix rapidement et sous pression”.

“Et bien sûr, cela permet de voir quelles équipes se démarquent”.

Une bonne préparation.

Beaucoup d’équipes de la Volvo Ocean Race ont inclus la Fastnet Race dans leur préparation, mais cette épreuve n’avait jamais été une course de qualification obligatoire.

En 1985, le Maxi Yacht Drum qui se préparait pour la course autour du monde en équipage avait chaviré pendant la Fastnet Race et la célèbre star de la pop anglaise Simon Le Bon (Duran Duran) avait notamment été secouru par la Royal Navy.

Richard Mason, qui a participé quatre fois à la Volvo Ocean Race et qui est aujourd’hui Directeur des Opérations, confirme : “Il est très important de couvrir cette distance et c’est le bon moment de l’année”.

“Ces courses de qualification offriront aux teams de très belles heures de navigation et c’est là qu’ils apprendront le plus, en allant s’affronter au large, dans une météo parfois difficile, sur une course qu’aucun marin n’oserait prendre à la légère”.

“Beaucoup de coureurs au large ont la Fastnet Race sur leur liste des choses à faire avant de mourir. Elle est réputée pour être très difficile. Vous pouvez avoir pétole ou tempête, et une mer démontée près du rocher du Fastnet. C’est compliqué du point de vue de la navigation et de la tactique et on ne dort pas beaucoup. C’est vraiment l’épreuve par excellence et c’est formidable d’y prendre part”.

Les sept Volvo Ocean 65 existants sont actuellement en phase de remise à neuf au chantier de Lisbonne au Portugal et un huitième bateau est en construction.

La course partira de Alicante en octobre 2017 et se terminera huit mois plus tard à La Haye aux Pays Bas pendant l’été 2018, après un passage dans 11 villes du monde.