On connait le parcours de l’édition 2017 de La Solitaire URGO Le Figaro

© OC Sport – Pen Duick

OC Sport-Pen Duick, les oragnisateurs , ont présenté le programme de la  48ème édition de de La Solitaire URGO Le Figaro. Entre villes emblématiques de cette épreuve incontournable et parcours laissant aux marins une grande liberté, le nouvel opus composera entre tradition et modernité. De Bordeaux, ville du Grand Départ, à Dieppe, en passant par Gijón (Espagne) et Concarneau, les solitaires auront 1 700 milles pour jouer des coudes, entre étapes longues de plus de 500 milles et sprint cornouaillais.

En 2013, en accueillant pour la première fois le Grand Départ de la course, Bordeaux lui avait donné une dimension nouvelle. En 2017, la belle aquitaine libèrera pour la troisième fois la flotte de La Solitaire URGO Le Figaro, après dix jours de fête, à terre et sur le fleuve. C’est à Pauillac, le dimanche 4 juin que la quarantaine de concurrents attendue ouvrira la 48ème édition. Cap sur Gijón en Espagne, ville d’accueil historique de l’épreuve qui inscrira son nom pour la 14ème fois sur le livre d’or. Au programme de cette première étape, 525 milles entre la pointe de grave et les côtes asturiennes, via la Chaussée de Sein… et sans autre marque de parcours. Une liberté de ton dont s’emparera également la deuxième étape entre Gijón et Concarneau via la Chaussée de Sein et l’île d’Yeu à contourner, sans autre figure imposée par la direction de course. 36 heures tout juste après l’arrivée de l’acte 2, les solitaires s’engageront sur une boucle expresse de 150 milles entre la ville close et les bancs de Guérande. Acteur fort de ce cru 2017, le port cornouaillais et la Bretagne seront sur le devant de la scène avec deux arrivées et deux départs, une première dans l’histoire de la course.
Enfin, c’est à Dieppe, au terme d’un ultime chapitre profondément ancré dans la tradition des grandes étapes de La Solitaire URGO Le Figaro que sera jugé le Grand Final, après un tracé qui mènera les marins le long de la pointe bretonne et des côtes anglaises entre deux traversées de la Manche.

Tourdumondistes et anciens vainqueurs

On l’aura compris, le terrain de jeu de cette nouvelle Solitaire URGO Le Figaro se présente comme extrêmement ouvert et propre à créer la surprise. Pour interpréter un tel scénario, il faudra à un casting à la hauteur. En la matière, les ténors tenteront de se positionner sur les premiers rôles quand la jeune garde et les nouveaux venus auront leurs arguments à faire valoir. Mais cette édition post-Vendée Globe devrait également voir le retour de quelques tourdumondistes fidèles d’une épreuve sur laquelle ils ont fait leurs premières armes et qu’ils ont toujours gardé chevillé au corps. Ainsi Yann Eliès, triple vainqueur de La Solitaire, a-t-il déjà annoncé son retour. Autre ancien lauréat, Nicolas Lunven, couronné en 2009 à Dieppe, signerait bien un doublé.
Rendez-vous en juin prochain pour la 48ème Solitaire URGO Le Figaro !

A découvrir également :
Thomas Coville repasse l’Equateur