Rich Wilson, 13e du Vendée Globe

photo-olivier-blanchet-dppi-vendee-globe

Rich Wilson, le skipper de Great American IV a pris la 13e place du Vendée Globe. le doyen de la course boucle son deuxième Vendé Globe.

A 66 ans, Rich Wilson est le marin le plus âgé à avoir bouclé le Vendée Globe après 107 jours et 48 minutes de course. Un exploit que le vétéran américain réalise pour la deuxième fois en améliorant son chrono personnel d’exactement quatorze jours. En 2008-2009, il avait bouclé en effet son premier Vendée Globe en 121 jours. Une de ses déclarations au ponton est venue confirmer une évidence, mais cela va toujours mieux en le disant : « chaque marin qui réussit à terminer le Vendée Globe est un vainqueur ». On a aimé aussi le voir surnommer Alan Roura et Eric Belion, venus l’accueillir, «mes frères du Sud »… ou encore rappeler l’extrême solitude de ces marins-là : « c’est fou, entre le Brésil à l’aller et le Brésil au retour, je n’ai aperçu qu’un seul cargo. Un seul ! »
Chapeau bas, monsieur Wilson.

Pendant ce temps-là en mer, les conditions sont plutôt bonnes pour quatre des cinq marins qui
restent en course ce soir. Même le dernier, Sébastien Destremau, qui peinait à faire repartir son
TechnoFirst-faceOcean encalminé au grand large du Brésil, a retrouvé un peu du vent. Enfin, il
peut de nouveau progresser vers le but à une vitesse honorable, retrouvée seulement dans la
matinée : 9 noeuds efficaces, au bon cap. Cela doit faire beaucoup de bien à son moral, qu’on
sentait en berne hier midi. D’ici ce soir, Sébastien sera à moins de 3000 milles des Sables
d’Olonne. Et s’il devra à la fois économiser sa nourriture et surveiller une dépression en
formation sur sa trajectoire, être de nouveau en route après un arrêt buffet de près de quatre
jours est un réel soulagement. Tout va bien aussi pour le Néerlandais Pieter Heerema (No Way
Back, 17e) qui s’approche des Açores à 10 noeuds de moyenne et entame le tour de
l’anticyclone… ce même tour que sont en train de terminer Didac Costa et Romain Attanasio,
dans de bonnes conditions de vent portant.

A voir aussi :
Xavier Macaire : « En ressortir plus fort »