Vendée Globe. Devant, ça avance, derrière, ça casse.

Photo Vincent Curutchet / DPPI / Vendee Globe

Armel Le Cléac’h a désormais 500 milles d’avance sur Alex Thomson. Le trio composé d’Eliès, Dick et Le Cam, lui, peut envisager de considérablement réduire son retard sur le tandem Meilhat-Beyou. Stéphane Le Diraison et Thomas Ruyant font route vers la terre à bord de leur bateau blessé. Pas d’inquiétude pour Conrad Colman : sa balise ne le localise pas mais il vient de joindre la Direction de course.

Le week-end n’a pas été tendre avec la flotte du Vendée Globe, en particulier pour Stéphane Le Diraison (Compagnie du Lit-Boulogne Billancourt) qui a démâté et pour Thomas Ruyant (Le Souffle du Nord pour le Projet Imagine), victime d’un problème structurel entraînant une voie d’eau. Ces deux marins n’ont pas abandonné officiellement mais font clairement route vers la terre. Stéphane Le Diraison, sous gréement de fortune, a 800 milles à couvrir pour rallier Melbourne (Australie) dans un flux d’Ouest qui lui permet pour le moment de naviguer à 4,5 nœuds. La journée va être longue pour lui. Heures difficiles aussi pour Thomas Ruyant, qui navigue à petite vitesse (6 noeuds) vers le port de Bluff, en Nouvelle-Zélande. Il a passé une partie de la nuit à la cape et est reparti lentement vers l’Est, au moteur. Le plus gros de la tempête est heureusement derrière lui et s’il reçoit encore 25 nœuds de vent, la mer est moins grosse. Tant mieux, car Thomas doit préserver le plus possible son bateau, pour ne pas aggraver le problème. Il est en contact permanent avec la Direction de course et son équipe pour surveiller de près les conséquences de cette avarie majeure. Le Souffle du Nord pour le Projet Imagine navigue à 6 nœuds ce matin, 270 milles dans l’Ouest du port de Bluff.

Il n’y a aucune inquiétude à avoir pour Conrad Colman. Certes, Foresight Natural Energy n’est pas localisé au pointage de ce matin et ne l’était pas hier soir à 22h non plus, mais tout va bien à bord… à part un problème de balise qui n’envoie plus sa localisation. Conrad vient de téléphoner à la Direction de course (ce matin à 4h30) et on étudie en ce moment même les solutions pour relancer l’envoi permanent de sa position, avec bon espoir d’y parvenir très rapidement. Pour les trois bateaux de l’arrière, à savoir ceux de Didac Costa (One Planet One Ocean), Romain Attanasio (Famille Mary-Etamine du Lys) et Sébastien Destremau (technoFirst-faceOcean), la nuit a été rude – ils ont probablement traversé des rafales à 50 nœuds – mais le (très) mauvais temps est désormais derrière eux et leurs conditions s’améliorent.

A lire également :
Jean Galfione: naviguer plus et préparer 2018

Le Cléac’h : 500 milles d’avance

A l’opposé de la flotte – 6800 milles et une bonne demi-douzaine de situations météo plus loin ! – l’impérial leader Armel Le Cléac’h enfonce le clou. Le skipper de Banque Populaire VIII a réussi la jonction entre les deux systèmes qui l’intéressait depuis plusieurs jours. Il a accroché la dépression qu’il recherchait et navigue à 18 nœuds dans un vent de 20 à 25 nœuds de Sud-Ouest. Il est dans un système totalement différent maintenant d’Alex Thomson. Le Gallois d’Hugo Boss, lui, évolue dans du vent de Nord-Ouest. Il est bâbord amures, et ne peut donc pas profiter de son foil tribord endommagé. Armel Le Cléac’h pourrait donc encore accentuer son avance sur lui, avance qui vient d’ailleurs de dépasser la barre symbolique des 500 milles (contre 175 milles voilà exactement une semaine). Les simulations voient maintenant Banque Populaire VIII au cap Horn dès vendredi matin, avec deux jours d’avance sur Hugo Boss.

La lutte pour le podium relancée

Paul Meilhat (SMA) et Jérémie Beyou (Maître CoQ) sont toujours à la lutte pour la troisième place, avec un léger avantage pour Paul Meilhat ce matin (30 milles). Ils semblent sortir de la zone de transition qui les a freiné… mais il devraient perdre une grande partie de leur avance sur le trio rapproché composé de Yann Eliès (Quéguiner-Leucémie Espoir), Jean-Pierre Dick (StMichel-Virbac) et Jean Le Cam (Finistère Mer Vent) qui n’est plus que 600 milles derrière eux et pourrait encore diviser par deux ce retard d’ici le cap Horn, tant la situation météo leur est a priori plus favorable. Des simulations voient maintenant ce trio avoir moins d’une journée de retard au cap Horn sur le duo Meilhat/Beyou… autrement dit la lutte pour le podium virtuel est totalement relancée !

Lire également :
Vendée Globe, la pression des dépressions

Dans le reste du Top Ten, tout va bien pour Louis Burton (Bureau Vallée) et Nandor Fa (Spirit of Hungary), qui évoluent maintenant dans des conditions plus maniables. Arnaud Boissières, lui, a doublé la longitude du cap Leeuwin hier soir en 13e position. Dans le millier de milles derrière La Mie Câline, on trouve à la bagarre pour cette entrée sous le continent australien, dans l’ordre : Fabrice Amedeo (Newrest-Matmut), Alan Roura (La Fabrique), Enda O’Coineen (Kilcullen-Team Ireland), Rich Wilson (Great American IV), Eric Bellion (CommeUnSeulHomme) et Pieter Heerema (No Way Back). Le Hollandais évolue à 13 nœuds, à un peu plus de 1100 milles de son deuxième grand cap