Les Voiles de Saint-Barth 8ème édition : Des stars en pagaille !

photo: christophe_jouany

Les Voiles de Saint-Barth attirent de grands noms de la voile depuis 2008. Cette 8e édition ne dérogera pas à la règle.

C’est, en effet, une pléthore de stars qui s’affrontera sur l’eau et que l’on retrouvera à terre, du 10 au 15 avril prochain. Spécialistes de la Coupe de l’America, marins des plus grandes courses autour du globe comme la Volvo Ocean Race ou The Race, coureurs en solitaire mais aussi médaillés olympiques seront présents dans chacune des différentes catégories. Petit tour d’horizon d’un panel hors-normes !

Les listes d’équipages (66 inscrits à ce jour) contient des noms prestigieux. Pour commencer, chez les Maxi, à bord de Proteus, l’on retrouvera le Néo-Zélandais Stu Bannatyne, l’homme aux sept Volvo Ocean Race – dont trois victoires – qui a d’ores et déjà re-signé pour la prochaine édition de la mythique course autour du monde en équipage avec Charles Caudrelier, sur Dongfeng Race Team. Sur Bella Mente, l’autre Maxi 72 de la course, on comptera l’Espagnol Jordi Calafat, champion olympique de 470 en 1992 et vainqueur de la Coupe de l’America avec Alinghi en 2007, les Italiens Michele Cannoni, Frederico Giovanelli et Romolo Ranieri ayant participé à la Coupe de l’America avec Luna Rossa, Sean Clarkson qui cumule deux Whitbread, six campagnes dans la Coupe America et deux victoires dans la Sydney-Hobart, James Dagg, vainqueur de la Coupe de l’America avec Team New-Zealand en 2000, Craig Monk, double vainqueur de la Coupe et médaillé de bronze aux JO de Barcelone en Finn ou encore Terry Hutchinson, qui, outre quatre Coupe de l’America, affiche un titre de champion du monde de TP 52 à son palmarès.

A voir aussi : Jérémie Beyou, un nouveau partenaire et un nouveau bateau pour aller plus loin

Des titres à la pelle

Sur Rambler 88, là aussi, il y a du lourd puisque le Néo-Zélandais Brad Butterworth, vainqueur de la Whitbread 1989-1990 sur Steinlager 2 est annoncé. Idem pour ses compatriotes, Erle Williams, vainqueur de l’édition 1981-1982 sur Flyer II, puis Stuart Wilson, qui comptent chacun cinq participations au tour du monde en équipage avec escales. Autres spécialistes du même exercice aux côtés de George David, Brad Jackson et le Portugais Joca Signorini, tous les deux vainqueurs de la course en 2008-2009 sur Ericsson 4, mais également l’Australien Andrew Cape, qui a bouclé six circumnavigations, la dernière sur Team Brunel il y a bientôt deux ans. Sur ce même bateau régatait alors le Néerlandais Gerd Jan Poortman (trois Volvo au compteur) qui fera, lui, équipe avec Peter van Niekerk, remarqué sur Comanche lors de son record sur la RORC Transatlantique, à bord de PH3. Toujours au rayon de ceux qui ont couru autour du globe, figurent Paul Standbridge, l’un des marins britanniques les plus expérimentés de sa génération avec, entre autres, quatre Whitbread Race au compteur, Mike Pammenter, équipier de Camper with Emirates Team New Zealand lors de la Volvo Ocean Race 2011-2012 et Paul Wilcox, présent, lui sur Abu Dhabi Ocean Racing lors de cette même course. Tous les trois officieront sur Highland Fling XI aux côtés de d’autres superstars telles que Matt Wachowicz, navigateur à bord du Défi Espagnol lors de la Coupe de l’America en 2007, entre autres. Car on l’aura compris, si les marins issus de la Volvo Ocean Race seront nombreux à Saint-Barth début avril, ceux venus de l’America’s Cup ne feront pas défaut non plus.

Un savoureux mixte de coureurs au large et de régatiers

C’est ainsi que l’on apercevra aussi Tony Rey à bord de Powerplay, dans la catégorie des Spinnaker. L’Américain que l’on ne présente plus, avec ses trois Coupe de l’America (dont deux sous les couleurs de la Nouvelle-Zélande), ses trois Volvo Ocean Race (sur Chessie Racing en 1997-1998, Team Seb en 2001-2002 puis Camper en 2011-2012) et son titre de champion du Monde de Match Racing, mettra évidemment tout en œuvre pour mener ses troupes sur la plus haute marche du podium. « Peter Cunningham, le skipper du bateau, a mis en place une belle équipe parmi laquelle quelques-uns de ses équipiers de toujours mais aussi des nouveaux, des jeunes et des plus vieux. Au final, le mélange est assez détonnant. Ensemble, nous allons découvrir et tâcher de trouver les clés du nouveau bateau. Nous sommes vraiment très excités. Ça va être génial », assure Rey qui espère, comme l’indique le nom de son bateau, Powerplay, à la fois gagner et prendre un maximum de plaisir sur l’eau. Autre marin ayant déjà participé à la plus veille et la plus prestigieuse des courses à la voile, le Danois Jens Dolmer. Ce dernier, que l’on retrouvera à la barre du VOR 70 Trifork / L4, l’ex Ericsson 4, fait également partie de ceux dont le palmarès en impose. Ses principaux faits d’armes outre la Cup ? Une victoire aux championnats du Monde des Maxi, mais aussi deux Volvo Ocean Race, la première sur Ericsson 4 en 2008-2009 et la seconde sur Team Brunel lors de la dernière édition. Autre grand monsieur de la Coupe de l’America attendu aux Voiles : l’Allemand Jochen Schümann. Pour l’occasion, il régatera à bord d’Earlybird. Sûr que ce dernier, directeur sportif du Team Alinghi, vainqueur de la Coupe America en 2003 puis en 2007, et médaillé d’or aux J.O. de Montréal 1976 en Finn, saura faire parler son expérience pour exploiter au mieux les spécificités du plan d’eau.

Lire également : Solitaire Urgo Le Figaro. Un beau plateau